Outils du site

univers:en_cours_de_route:002

Introduction à Antinolaë

Au calme dans la Taverne du Bout du Monde, je tente sans grand succès de faire des ronds de fumée avec une pipe volée à une rencontre de passage.

Cela fait de long mois que le trafic sur les routes s'est apaisé ; il ne passe plus qu'un voyageur ou deux de temps à autre. L'ennui s'installe doucement. Je n'arrive pas à me décider si je le savoure, ou si j'attends que quelque chose vienne le déranger. Une fois ou deux, mon instinct m'a titillé, me soufflant de reprendre la route, mais après une petite heure de ballade dans la montagne, je suis revenue.

Je repense au défi que le vieux fou m'avait lancé, il y a plus d'un an de cela. Ou peut-être deux. Que le temps s'étirait, ici. L'aventure qui en avait découlée avait été exaltante. Puis, avant d'atteindre le trésor promis, d'autres aventures tout aussi passionantes m'avaient appelés. J'avais couru après les ombres, je m'étais enivrée de tant de folies. Oui, j'avais vécu chaque instant avec intensité, tel un calice précieux dont j'avais savouré chaque goutte.

Mais, à la fin, il ne restait rien d'important. Il n'y avait que le vent, et les souvenirs. Le vieux m'avait proposé autre chose… et je n'avais pas osé aller au bout, finalement. Aujourd'hui encore, l'idée de reprendre cette quête s'opposait à la tranquille nonchalance qui régnait dans la Taverne.

Tranquille, à l'exception d'un certain élément, qui me regardait de l'autre côté de la table avec insistance. L'enfant ne me laissait pas en paix.

Au début, j'avais ignoré ses demandes, comme on chasse un insecte sans y prendre garde. Mais de jour en jour, elle se faisait plus pressante, plus insistante. Je ne pourrais pas y échapper éternellement.

La veille, elle m'avait regardé avec ses yeux de cocker triste, une pointe d'accusation dans la voix : -C'est Noël. -Et bien, quoi, c'est Noël ? Je t'ai fait un cadeau, déjà. Il ne t'amuse plus ?

Elle s'en était allée, boudant un moment. Bien sûr que mon cadeau ne lui suffisait pas ; et pourtant j'avais passé du temps à assembler le petit module représentant un système solaire. J'étais tellement fière de moi, de la précision des minuscules planètes et des jeux d'ombres qu'il faisait naître. Mais non, bien sûr que ça ne suffisait pas. Ce qu'elle voulait… C'était que je reprenne ma quête, et que je lui ramène quelques uns des seuls vrais trésors que contenait ce monde.

Je soupirais. Je n'avais pas le cœur de la décevoir plus. J'ouvris ma besace, regardant les petits cailloux qui brillaient au fond. Il ne restait pas grand chose d'acceptable : trop bruts, mal taillés, incomplets, je ne voyais pas ce que je pourrais en tirer. Certains avaient un peu de potentiel, mais ils demanderaient du travail, et je cherchait quelque chose pour faire patienter l'enfant, le temps de me décider à vraiment me remettre au travail.

Enfin, je trouvais quelque chose. “Bah, me dis-je, on verra bien où ça nous mène…”

Je vis ses yeux briller par anticipation, sachant son vœux près d'être exaucé. J'espérais ne pas trop la décevoir.

Je pris la petite forme entre mes mains, cassant sa coquille dans un soufle et la tendant à l'enfant : -Voici l'histoire ordinaire, lui murmurais-je, et pour la suite… Il était une fois…“

univers/en_cours_de_route/002.txt · Dernière modification: 03/10/2017 13:57 (modification externe)