Outils du site

univers:ryzom:fakuang:006

Trahison

Sans surprise, Fakuang arriva en retard au rendez-vous avec le Cercle noir. Il avait commencé à explorer le pays matis, sans succès jusqu’à présent, et n’avait pas vu le temps passer, tout à son obsession.

Il avait aussi utilisé une partie de l’argent de la livraison pour ses pactes de téléportation. Tandis qu’il se dirigeait vers le point de rendez-vous, avec juste quelques heures de retard (ça allait non ?), une idée germait dans son esprit. Il n’avait pas envie de perdre de temps.

Anirgia Aniri le regarda arriver d’un air froid.
-Ça va, pas trop pressé ?

Fakuang ravala une réplique bien sentie. C’était le moment de la jouer avec finesse. Il prit une voix doucereuse.
-Les kitins qui s’agitent, mais j’ai pu venir, donc tout va bien.

Grommelant, elle alla chercher la livraison : quelques mektoubs harnachés et un Matis pour les accompagner. Ils ne seraient pas trop de deux pour les ramener au camp antekami, les torbaks de la zone étaient affamés à la fin de l’automne.

Il versa la moitié de l’argent, comme convenu, sans préciser que l’autre moitié à livrer au camp lui ferait défaut.

Puis ils se mirent en route.

-J’ai repéré le chemin le plus sûr en venant, déclara sereinement Fakuang. On va faire un crochet du côté de l’atelier de Gu-Qin.
-Ça ne rallonge pas vraiment, pourquoi pas, répondit le Matis trop confiant.

Une fois à l’atelier, Fakuang arrêta le mektoub qu’il conduisait, le regardant avec attention.
-J’ai l’impression qu’il a une épine dans la patte… la pauvre bête souffre !

Et d’un coup d’épée, il trancha la jugulaire du mektoub.

-Mais tu es complètement taré ! s’exclama le Matis en dégainant ses armes.

Pas assez vite. Fakuang était déjà sur lui et le désarma rapidement, avant de lui briser une jambe. Le Matis le regarda en ricanant, serrant les dents pour lutter contre la douleur :
-Tue-moi. Le Cercle noir saura ce qu’il s’est passé, Jena me ramènera.
-Jena te ramènera si je la laisse faire. Ho, mais qu’avons-nous dans les fontes de ce pauvre toub décédé brutalement ?

Il ouvrit une des caisses, tandis que le Matis blêmissait, puis en fit l’inventaire à haute voix :
-Drogues de combat, drogues à tester sur les voyageurs égarés, potions pour bien dormir et faire de beaux rêves… Vous savez pourtant qu’on ne se sert pas trop de ces dernières. Qu’est-ce qu’on a dans les drogues de voyageurs ? Ho jolie couleur celle-là… Le vert vient d’un extrait de psykopla ? Mélangé à la pourpre et à du crachat de Najaab, c’est ça ? Eh oui, certains chez nous savent aussi faire un peu d’alchimie. Mais vous avez amélioré les proportions, n’est-ce pas ? Je suis impatient de voir… Hé, lâche ça !

Il se jeta juste à temps sur le Matis qui avait sorti discrètement un pacte de sa poche. Ce n’était pas le moment de le laisser filer. Il dut le secouer un peu pour lui faire lâcher le papier sans qu’il soit déchiré.
-Allons, je ne te veux aucun mal, nous faisons tout ça pour la science, toi et moi, non ? Nous allons tester tout ça de façon purement scientifique.

Il fallut faire sauter quelques dents au Matis pour lui faire avaler la potion, mais il n’était pas en mesure de résister.

-Mais comme tu as dit, je ne tiens pas à ce que tu meurs… en tout cas pas pour aller raconter tout ça.

Il prit quelques autres potions, puis les fit avaler l’une après l’autre au Matis qui écumait et se convulsait. Il prit soin de le soigner régulièrement : ça ne purgeait pas le poison, mais ça lui permettait de faire effet plus longtemps. Il avait de toute façon choisi soigneusement son mélange.

-Les risques du métier, que veux-tu ? C’est ces enfoirés de Black Lams. Eh oui, on est passé juste à côté. Quelle idée, hein ? Vraiment, je me demande pourquoi tu as insisté pour passer ici. Je t’avais pourtant dit qu’ils étaient agités ces temps-ci.

Il attendit patiemment que le Matis tombe dans le coma, veillant à se que son corps ne disparaisse pas, rappelé par la magie de la Karavan. Visiblement, il avait réussi. Cela allait juste ralentir la résurrection, à un moment la mort interviendrait, mais pas avant qu’il ait fini sa tâche. Il mena le mektoub survivant dans un lieu peu accessible, qu’il espérait être le seul à connaître, et cacha les potions dans un creux de l’écorce. Puis il revint avec le mektoub vers le lieu de son forfait, les caisses vides sur le dos, et les échangea avec celles encore pleines sur le mektoub mort. Il n’aurait pas dû le tuer, mais il n’avait pas résisté. Il balança le corps du Matis sur la cargaison, puis se dirigea vers les Black Lams.

Les bandits faisaient partie de cette race de dégénérés qui n’avaient plus qu’une vague ressemblance avec les homins. Restant à distance, Fakuang ouvrit une des caisses et la posa au sol, leur montrant le contenu. Ils le regardaient avec des yeux ronds. Puis il leur balança le corps du matis, qui atterrit dans la poussière au milieu d’eux, suscitant des cris inquiets et faisant sortir les lames des fourreaux.

-Cadeau du Cercle Noir ! Faites-vous plaisir !

Puis Fakuang s’éloigna, tranquillement, laissant les bandits s’approcher de la cargaison, goûter aux drogues de combattants, et tomber dans une frénésie meurtrière et démente. Le Matis se ferait forcément déchiqueter. Il leur laissa un peu de temps.

Il prit ensuite quelques instants pour abîmer sa propre armure et lacérer son corps. La mutilation ne faisait pas peur aux Antekamis. Il fallait être réaliste. Puis il retourna au pas de course au Cercle noir, arrivant faussement affolé, mais réellement hors d’haleine.
-On a été attaqué ! Ils ont pillé la cargaison !
-Quoi ? Qui ça ?
-Les… Black Lams…

Fakuang s’écroula, se disant qu’il avait peut-être tranché plus que nécessaire en voyant la quantité de sève qui engluait le sol. Bah, la Karavan le ramènerait et sinon, il avait bien rigolé. Autour de lui le camp s’agitait. Visiblement tout allait selon son plan. Ils penseraient que le Matis les avait trahis pour les bandits ; ils décimeraient les bandits sans les écouter ; Fakuang gardait le reste de monnaie et surtout une demi-cargaison pour plus tard. Quand la Cheffe apprendrait ça…

C’était vraiment excellent. Il eut un dernier sourire machiavélique avant de fermer les yeux et de sombrer dans l’inconscience.

univers/ryzom/fakuang/006.txt · Dernière modification: 03/10/2017 13:57 (modification externe)