Outils du site

univers:ryzom:laofa:011

La mauvaise pente

Où l'on voit Laofa commencer à vraiment prendre de mauvaises habitudes dans les bars...

Laofa arriva au bar de Pyr encore secouée. Sa course dans la jungle pour arriver à Zora n’avait pas apaisé son angoisse. Il y avait trop de gens dans la jungle qu’elle ne voulait pas croiser dans cet état, elle n’était pas en mesure de répondre aux questions qu’ils se poseraient forcément. Elle avait donc brisé une perle kami pour Pyr.

Pyr, son bar, ses bains. Le paradis pour se remettre. Avec un peu de chance, elle y trouverait aussi ses amis de la guilde. Elle avait besoin d’eux, de leur relativisme, de leur bonne humeur… Les Indécis ne jugeaient pas. Si elle arrivait à leur expliquer… Non, elle ne se sentait pas de raconter ça. Mais elle rêvait d’entendre Cyvos hurler «LIBERTÉÉÉ», de rire avec Kaewa sur les mérites de chaque homin, de pouvoir compter sur la franchise directe de Verica.

Le bar de Pyr, un jour calme

Kaewa était effectivement déjà là, en train de goûter aux spécialités locales avec un Fyros. Laofa chercha dans sa tête où elle l’avait croisé… Ah oui, Glorf, l’une des conquêtes de Kaewa. Elle s’assit avec eux. Ses tremblements avaient cessé mais elle avait encore le cœur en vrac. Kaewa fit un signe au serveur qui ramena une tournée.

Laofa prit son verre et le but comme si c’était de l’eau.
“Trop petits, ces verres… constata-t-elle. Lydix, remets m’en trois d’office !”

La Trykette lui lança un regard étonné. Ce n’était pas la première fois qu’elle voyait son amie lever le coude aussi vite mais ce n’était jamais bon signe.

Glorf lui même fut surpris de la descente de la Zoraï. Il chuchota à sa compagne :
“Une histoire d’homin ?
-Oui, répondit Kaewa, Cyvos n’est pas du genre à répondre aux avances et je ne vois pas ce qu’il peut y avoir d’autre…”

Laofa pendant ce temps vidait consciencieusement ses demiards, ignorant le conciliabule des amoureux comme la démangeaison sur son bras. Ce n’était pas ses affaires. Du moment que son verre était plein… Ha non, fini…
“C’est pas mauvais… Tu as dit que ça s’appelait comment ?
-Heu… tu as bu avant que je vois ce qu'on t'avait servi” répondit Kaewa, un peu gênée.

La Zoraï reprit le dernier verre et renifla les odeurs qui restaient :
“Alors… ça sent un peu le shooki… Y’en a. Mais y’a pas que ça.”

Glorf regarda le verre et réfléchit :
“Hum, une bière de shooki, relevée à l’ocyx… Cuvée 2559, fond de tonneau. Sans hésitation !
-Hé, tu t’y connais bien ! constate Laofa avec étonnement.
-Bien deviné Laofa ! pouffa Kaewa.
-Et oui… je connais toutes les spécialités Fyros. Je suis moi-même le créateur d’une partie des recettes vendues par Lydix.”

Laofa sortit son carnet et trouva une page vierge, ravie de reprendre un de ses projets favoris. C’était le meilleur moyen de surmonter une petite déprime.

“Ho, super ! C’est pour mon Guide des bons trucs à faire sur Atys. Il faut vraiment que je répertorie ce genre d’info. Qu'est-ce que tu as inventé comme recettes ?”

Kaewa se fit alors la réflexion que c’était reparti pour une soirée où Laofa finirait ivre morte, enlaçant amoureusement une bouteille. Elle murmura à Glorf :
“Méfie-toi, elle raconte des histoires étranges après… N’abusons pas en la resservant, c’est dangereux !”

Laofa surprit le regard réprobateur de la Trykette et prit un air vexé :
“Non, je ne goûte pas tout ce soir… La dernière fois m’a suffi. Là, c’est vraiment pour mes recherches.
-Oh oui, tes recherches, répondit Glorf d’un air entendu.
-Mais si ! D’ailleurs j’ai quasiment tout noté la dernière fois, regardez….”

Elle revint en arrière sur son carnet, se faisant la réflexion qu’elle devrait détruire certaines pages puis tomba enfin sur la liste des cocktails de Fairhaven et les notes qu’elle avait mises à chaque boisson. C’est vrai que les dernières phrases étaient assez brouillonnes… Il faudrait qu’elle retourne goûter, pour confirmer.

Elle tendit le carnet ouvert à la bonne page au couple en face d’elle :
“C’est scientifique, expliqua-t-elle.”

C’est le moment que Cyvos choisit pour les rejoindre, suivi par une homine que Laofa ne connaissait pas. Laofa rangea son cahier et observa les nouveaux arrivants. Visiblement la nouvelle connaissait bien Glorf et Kaewa. Enfin, Kaewa la connaissait assez pour lui lancer un regard noir…

“Lydix, une tournée générale d’Essence d’Ocyx ! commanda la nouvelle venue.
-Tout de suite, Melor ! répond le barman.”

La Fyrette s’assit tranquillement à côté de Cyvos, ignorant l’agressivité mal réprimée de Kaewa. Glorf murmura d’ailleurs à sa compagne :
“Ne relance pas l’affaire… pour une fois qu’elle est calme.
-Oui, tu as raison… mais je ne suis pas une homine plus que douteuse !”

Cyvos et Melor pendant ce temps se rapprochaient dangereusement au goût de Laofa. Elle n’aimait pas les sourires qu’ils s’échangeaient. Elle essayait de se convaincre que ça ne la regardait pas, que c’était fini, qu’elle avait fait un trait sur toutes ces histoires, que les lunes avaient tourné depuis, mais son cœur ne semblait pas d'accord.

“Alors… Melor… Parle un peu de toi… demanda Cyvos.
-Et bien ! Je suis la sœur de Glorf, la p’tite soeur.
-…Ah ! … Le charme est dans la famille, à ce que je vois.”

Laofa manqua s’étouffer sur son verre en entendant ça. Quoi ? C’était bien Cyvos qui disait ça ? Le grand bleu incapable de comprendre que les relations entre homins et homines pouvaient aller plus loin qu’une chasse aux Rois ? Elle avait l’impression de vraiment toucher le fond et sentit les larmes monter. Elle se trompait ? Il n’avait pas conscience de ce qu’il était en train de dire, n’est-ce pas ? Elle n’arrivait pas à s’en convaincre. Se douter qu’on a aucune chance c’est une chose. Se convaincre qu’on devrait abandonner en est une autre. Mais se rendre compte que c’était de toute façon perdu d’avance, qu’il n’y avait jamais eu la moindre chance, qu’elle était bien aussi invisible qu’elle l’imaginait même après autant de chasses ensemble, ça faisait vraiment très, très mal.

Cyvos et Melor continuaient de papoter amicalement. Kaewa remarqua que Laofa se tassait sur elle-même et lui fit une petite moue de compassion, puis chuchota quelque chose à Glorf. Melor finit par se douter de quelque chose.

“Laofa, c’est ça ?
-Moui…
-Tu n’as pas l’air bien… Je pose un souci ?”
Puis elle murmura au grand bleu :
“J’ai l’impression qu’elle te fixe depuis tout à l’heure, tu lui as fait une Glorferie ou quoi ?
-C’est mon musc naturel, lui répondit le Zoraï en rigolant.”

Mais pour Laofa, c’était trop. Elle vida le verre devant elle d’un coup.
“Si je gêne je peux vous laisser entre vous, hein, reprit une Melor un peu perdue.
-Mais non… on est entre amis, répondit Cyvos, lui aussi un peu désorienté à présent.
-J’ai à faire de toute façon, décida Laofa. Une commande d’arme à aller chercher, tout ça. Je vous laisse. Bonne soirée.”

Laofa essaya de garder sa dignité en sortant du bar, puis elle se mit à courir dans les rues de Pyr, cherchant le désert pour s’y perdre, les larmes lui brouillant la vue. Quand une journée commence mal, pourquoi devrait-elle bien se terminer ? Quel idée aussi d’espérer qu’un des deux Zoraï pouvait l’aimer pour ce qu’elle était… Qui s’abaisse à regarder les grenouilles dans son genre ?

Comme d’habitude, elle se perdit dans les rues de Pyr et finit par se retrouver devant la Forge. Elle avait effectivement une commande à prendre mais ça n’avait rien d’urgent. Bah… Puisqu’elle y était… Elle récupéra ses armes, remerciant les Kamis de lui avoir donné un masque. Les larmes y séchaient vite et les Fyros n’étaient pas connus pour lire les âmes Zoraïes. Elle reprit ensuite sa route, marchant plus calmement, tentant de se repérer dans cette ville qu’elle ne connaissait pas encore.

Sur une place, elle retomba sur Cyvos scrutant la foule, dominant les Fyros de sa taille ; il sourit en la voyant et se précipita vers elle :
“On retourne au bar… tu as oublié tes clefs !”

Laofa recula, essayant de refouler ses larmes qui montaient de nouveau. Elle se sentait minable.
“Allez, reviens…” l’implora Cyvos.
Elle hésitait… Elle avait mal, elle avait envie de dire oui et savait qu’elle ferait mieux de partir. La douleur dans son bras lui donnait aussi envie de hurler, empirant sans cesse depuis que Cyvos avait souri à Melor.

Puis la douleur se transforma, la démangeaison cessant, et une sensation qui commençait à devenir familière l’envahit. La sève bouillonnait dans son sang, la rage balayait ses doutes et ses appréhensions. Un goût amer lui envahissait la bouche. Elle ravala ses larmes, la colère qui l’enflammait au rythme du poison dans ses veines lui rendant sa dignité. D’un pas résolu, elle retourna au bar. Elle cria au barman en entrant :
“Lydix, arrête de me servir du lait de yubo et file moi de la gnôle qui tape !”

Ses amis virent avec inquiétude Laofa prendre la bouteille des mains du barman avant qu’il n’ait le temps de servir un verre, en avaler de quoi abattre un bodoc enragé sur place, puis se retourner et déclarer à l’assemblée d’un ton plein de hargne :
“Je suis allée chercher des armes ! DES ARMES DE BOURRINS !!! JE VAIS BUTER TOUS LES ANTEKAMIS ! ÇA LEUR APPRENDRA À AVOIR DES MASQUES MOCHES !!!”

Melor lança un regard à Cyvos :
“Hep, toi là…
-Hummmm…
-T’aurais pas quelque chose à dire ?
-Oui… j’aimerais à tout prix vous dire…
-Nan nan, pas à moi,” s’énerva Melor.

Cyvos se prit soudain la tête entre les main, gémissant :
“…Ma-duk…… Ma-duk…. nonnnnn…”
Et il disparut, laissant derrière lui la bulle d’un pacte kami.

Melor fixa d’un œil rond l’endroit qu’occupait le Zoraï.

Kaewa et Glorf échangèrent un regard inquiet. Puis d’un accord tacite, chacun se précipita sur une des homines. Tandis que Kaewa se débattait avec Laofa pour essayer de la calmer et lui reprendre la bouteille qu’elle descendait entre deux menaces de génocides sur toutes les tribus du Pays Malade, Glorf essayait de calmer sa sœur qui s’emportait contre la lâcheté des homins et qui, complètement berserker, commençait à attaquer le poteau sur lequel Cyvos s'était appuyé à coup de poing.

“Laofa, tenta Kaewa, écoute t’es pas toi-même là…
-JE SUIS TOUT À FAIT CAAAAAAAAAAAAAAAALME, rugit Melor fort à propos.
-Tu ne veux pas être, euh, calme dans le hall d’entraînement plutôt ? demanda Glorf à sa sœur d’un ton conciliant. Celui avec les mannequins pour s’entraîner et tout… Prends ma cuvée spéciale, je te l’offre, et bon entraînement.”

Il arriva à la pousser vers la sortie et revint en chuchotant à Kaewa :
“Bombe Melor désamorcée…”

Laofa avait fini par céder la bouteille et par se calmer un peu. Elle ne hurlait plus, en tout cas. Elle s’assit et répondit enfin à Kaewa, d’un ton froid :
“Je suis-moi-même, sans doute, comme je ne l’ai jamais été. Je n’ai plus besoin d’être Indécise. C’est presque sûr. Je vais quitter la guilde. Demain, je crois. Ou après-demain.”

Elle rattrapa la bouteille que Kaewa avait imprudemment lâcher et téta comme si c’était de l’eau. Ça au moins, ça descendait bien. Elle se demanda où elle allait finir la soirée. Bah, ça ne pouvait pas être bien pire… La rage qui l’avait envahie refluait à toute allure, la laissant perdue. Elle soupira et reposa la bouteille, comprenant que ce n’était qu’un moyen de perdre encore le contrôle.

“Je… je suis désolée. Je vais prendre une chambre en ville et dormir quelques jours, je crois. Excusez-moi…”

Kaewa et Glorf veillèrent à ce qu’elle aille vraiment se coucher. En partant, Glorf lui glissa : “Je vais t’envoyer un ami… Quelqu’un qui pourra peut-être t’aider.”

univers/ryzom/laofa/011.txt · Dernière modification: 03/10/2017 13:57 (modification externe)