Outils du site

univers:ryzom:laofa:023

Une erreur de trop

Où Laofa comprend comment on passe du mauvais côté de la barrière.

Laofa rentrait péniblement à Fairhaven lorsque la nouvelle lui parvint. Deux Trykers discutaient sur la plage :

-Tu as entendu la dernière ? Zora se fait encore attaquer par les maraudeurs.
-Oy, c’est vieux ça.
-An, j’ai entendu quelqu’un en parler tout à l’heure chez Ba’Naer. Il avait des écorces à livrer là-bas, il s’est rapatrié directement par téléporteur en voyant les combats. Eny c’est possible que la ville soit libre à présent. Ou entre leurs mains.

Laofa hésita. Elle avait une forte envie de faire comme si de rien n’était, d’aller s’écrouler au bar et de reprendre son souffle après une journée passée à courir après une vieille relique de dague. Du reste, elle ne se battait pas contre les Maraudeurs, ni contre aucun homin. Soigner, yui, tuer, né. Enfin… de toute façon, elle n’était pas une combattante assez aguerrie pour espérer les blesser.

«Pas d’implication dans les guerres entre homins. On se pose en observatrice, on note, on confie les notes aux archives et si vraiment on se sent d’humeur, on livre une analyse à un journal ou un autre» pensa-t-elle.

Elle repensa à son projet de reportage chez les Maraudeurs, qu’elle repoussait sans cesse. Yui, ce serait intéressant d’en savoir plus sur leur société, au delà des préjugés et des fantasmes que les homins des nations en avaient… Mais justement, les préjugés en question lui soufflaient qu’elle était bien plus tranquille ici qu’à aller poser des questions à des types capables de tuer juste pour le plaisir. Elle jeta un regard autour d’elle, sans reconnaître un des membres de sa «garde». Peut-être avaient-ils fini de la surveiller… Peut-être même qu’ils commençaient à comprendre que son désir d’objectivité était sincère. Les derniers contacts qu’elle avait eu avec eux avaient été plutôt corrects, très professionnels, et sans trop de menaces. Des trucs du genre “Tu as prévu d'écrire quelque chose sur notre dernière action ?” Oui, elle écrivait, mais ses articles n'étaient pas toujours acceptés par l'Onde des Lacs

Elle soupira. Yui, il faudrait bien aller passer du temps avec eux, un de ces jours. Elle ne réunirait pas la matière pour un bon reportage en restant dans la sécurité des villes. Mais pas ce soir. Après le projet sur les kitins, par exemple. Et il y avait toujours le Guide, qui attendait une impulsion de sa part. Et puis les projets de Nati’Gia. Et puis… Yui, yui, bien trop de choses à faire avant d’aller se perdre loin de la civilisation.

Elle prit le chemin du bar de Ba’Naer quand elle croisa une Trykette qui lui fit penser à Illicite. Son cœur se serra, les deux sœurs lui manquaient bokuu. Puis elle pensa au gupakni qu’Illicite lui avait confié avant de partir. La chose la plus précieuse au monde pour les trois homines… car il n’avait pas été simple de l’attraper, puis de le faire passer en contrebande. Le petit Gubî, là-bas, en sécurité dans son appartement de Zora, attendant sa soupe du soir en grignotant les meubles. En sécurité… Sauf si les Maraudeurs mettaient le feu à la ville.

-Gubî ! Il faut sauver Gubî !

Elle remit son casque en vitesse, attrapa ses lames et brisa une perle pour Zora.

Elle arriva à un moment où le combat battait son plein. Les sorts fusaient, les gardes tombaient. Tout à sa joie d’avoir trouvé une bonne excuse pour combattre pour Zora, Laofa se contenta de repérer un Maraudeur déjà bien occupé par les gardes et de lui foncer dessus.

-Pour les Yubos !!!!

Elle laissa la colère trop longtemps contenue se déverser et lui donner de la force. Ha, ils allaient voir ! Menacer ses amis, attaquer les villes qu’elle aimait et pire à présent, mettre en danger un pauvre gupakni inoffensif !

Le Maraudeur lui jeta à peine un coup d’œil, esquiva ses attaques sans même donner l’impression de s’y intéresser, puis finalement un peu agacé par cette luciole qui lui tournait autour en criant des choses sans logique, lui décocha un sort qui la coucha au sol.

Allongée à regarder l’herbe devant l’étable s’imbiber de sang, Laofa se rendit compte de sa bêtise. Seuls les gardes se battaient contre les Maraudeurs. Quelques homins regardaient le spectacle à bonne distance. Deux autres homins essayaient aussi d’aider les gardes, sans plus de succès.

«Où sont les défenseurs ?» se demanda Laofa. «Où est la puissance du Clan et des autres shizu’i ?»

Sa graine de vie finit par être rappelée par les Puissances. Elle se retrouva, surprise, chez les Karavans. C’était la première fois qu’à son réveil, elle ne voyait pas la tête d’un Kami.

«Tiens… quand on passe un peu plus de temps à travailler pour la Karavan que pour les Kamis, c’est eux qui gèrent notre revitalisation…»

Elle hésita, puis se releva, encore faible, et reprit le chemin de Zora. Dissimulée par l’étable, elle regarda la dernière défenseuse de Zora s’acharner contre les Maraudeurs, tomber, se faire relever par son coéquipier, retomber… Les gardes s’étaient repliés pour un temps et les Maraudeurs avaient baissé leurs armes, se contentant de laisser l’un d’eux s’occuper de l’Initiée. Le cœur de Laofa se serra, réveillant des souvenirs qu’elle préférait laisser enfouis. Elle sortit ses amplificateurs, espérant aider de la seule manière qu’elle connaissait vraiment. Mais la Zoraï, d’un air exaspéré, brisa une perle et laissa les Maraudeurs là avant que Laofa puisse la soigner.

Les gardes, plus bas, essayaient de rassembler leur courage pour repartir à l’assaut. On les sentaient démoralisés. Pas besoin d’être un grand tacticien pour comprendre que Zora était découragée du combat contre les Maraudeurs. La ville était effectivement à eux, s’ils le désiraient.

Laofa se rapprocha pas à pas, avec prudence. Les attaquants ne se livraient à aucun pillage, attendant devant l’étable que les gardes se décident. Elle remarqua avec surprise que la plupart affichaient une expression aussi démoralisés que les Gardes.

Le Zoraï maraudeur qu’elle avait attaqué remarqua son arrivée discrète et lui lança :
«Zora est bien protégée, n'est-ce-pas ?»
Laofa se garda bien de répondre. Mais la curiosité, ce soir, compensait largement la peur de se prendre un coup. Elle regardait les Maraudeurs tuer l’ennui en attendant que les Gardes retrouvent leur courage, jouer… comme des enfants. Elle ne put s’empêcher de sourire en voyant deux maraudeuses se faire des grimaces.

Elle était aussi surprise qu’ils ne l’attaquent pas. Elle avait rengainé ses armes et n’était pas agressive, certes, mais elle restait leur ennemie, en théorie.

L’un d’eux choisit ce moment pour attaquer un de ses coéquipiers. En un instant, plus de la moitié des maraudeurs échangeaient des coups, les autres regardant et commentant les performances. Les gardes profitèrent de cette distraction pour relancer un assaut. Restant prudemment à distance, pestant contre l’impossibilité qu’elle avait de soigner les gardes, Laofa ne pouvait que compter les morts.

«Deux maraudeurs à terre, toute la garde rapatriée par les kamis… Et je ne suis même pas sûre que ce soit les gardes qui ont terrassé les deux maraudeurs…»

-Et si on parlait pourparlers de paix ? lança-t-elle aux Maraudeurs.
-On comptait sur les Zoraïs pour s’amuser ce soir, lui répondit sardoniquement celui qu’elle avait identifié comme étant Ankil.
-On aime boire du thé et échanger des histoires, expliqua Laofa, pas taper ! J’ai un très bon thé d’ailleurs…

Elle se demandait si le thé An Li’um rendrait les guerriers aussi euphoriques et détendus que lorsqu’il était consommé entre professeurs et élèves de l’Académie. Ce serait une manière inattendue d’apaiser les tensions.

Les gardes choisirent ce moment pour revenir, encore une fois. Laofa ne pouvait qu’admirer leur ténacité. Ils n’avaient aucune chance, aussi peu nombreux. En quelques minutes, le champ de bataille était à nouveau vide. Elle se garda de participer, cette fois-ci, sachant que ça ne servirait à rien, sauf à ce qu'elle souffre encore.

-Pauvres gardes, soupira Laofa. Ils ont une famille, tout ça…

Un sort la frappa de plein fouet. Avant qu’elle n’aie compris de quoi il retournait et pourquoi Arninva l’avait soudain agressée, un second la frappa et la laissa au sol.

-Faut pas parler de famille, rigola Ankil. C’est un sujet qui fâche.

Laofa s’attendait à ce que les Puissances la rappelle. C’est alors qu’elle sentit l’onde de chaleur d’un sort de soin la traverser. Elle se releva, un peu groggy, et saisit la main qu’on lui tendait, pour se retrouver… en face d’Halfaz, le maraudeur qu’elle avait essayé de frapper au début.

Arninva la ré-attaqua directement et elle retomba.

-Couché, Ani, gronda Halfaz.
-Pas d'accord ! répliqua celle-çi.“

Halfaz se contenta de frapper Arninva jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus. Puis il soigna de nouveau Laofa.

-Merci, dit-elle, surprise.

Elle se rendit compte que son sauveur était lui-même blessé et par automatisme, enfila ses amplificateurs et le soigna. Le Zorai sourit et lui glissa :

-Regarde, je me fais le trio…

Il attaqua les trois Maraudeurs qui regardaient la scène et les mit à terre avant qu’ils ne comprennent ce qu’il faisait. Sans réfléchir, Laofa soigna de nouveau Halfaz.

-Ha ha ha, éclata-t-il de rire, même mes coéquipiers, c’est trop facile !

L’un des Maraudeurs, relevé par un camarade, se releva et fonça sur Halfaz pour lui faire ravaler sa fierté. Le voyant accuser les coups, Laofa recommença à le soigner.

Et les gardes en profitèrent pour relancer un assaut. Soudain, Laofa se rendit compte qu’elle soignait des Maraudeurs… qui tuaient des gardes. Et cela… depuis un petit moment, vu les regards que lui lançaient les gardes. Elle vit alors deux kamistes se jeter sur les Maraudeurs.

-Ouuuuuups…

Elle se sentait perdue. Elle avait appris à soigner sans distinction tout homin qui avait besoin d’aide, mais là… tout les homins avaient besoin de soins ! Arninva profita qu’Halfaz était occupé par les gardes pour relancer un sort sur Laofa désemparée. Aussitôt, Halfaz la releva. Par réflexe, Laofa reprit ses soins sur le Maraudeur. Les leçons qu’on lui avait rabâchées durant des cycles prenaient le pas sur l’analyse logique de la situation :

«Si tu es la soigneuse, soigne ! Si on t’attaque, fais confiance aux guerriers pour te débarrasser de la menace, comme ils te font confiance pour continuer à les soigner ! Le seul moment où tu dois arrêter de soigner, c’est quand le combat est fini ou que tu es à terre !»

Le fantôme de la voix de la Trykette résonnait dans sa tête, tandis que dans un brouillard elle tentait de savoir où elle en était.

Le Zoraï kamiste lui jeta un regard de rage pure :

-Tu trahis notre peuple !
-C’est des homins aussi ! répliqua Laofa, ne sachant plus à quoi se raccrocher.
-Tu n’entreras plus aux cercles, fais-moi confiance, rugit-il en lui fonçant dessus. Elle ne tenta même pas de résister.

Elle se réveilla quelque minutes plus tard sous le regard amusé des suivants de la Karavan. Tremblante, elle regarda ses amplis.

-Qu’est-ce que… qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que je dois faire ?

Le point de résurrection Maraudeur ne devait pas être loin car un certain nombre de Maraudeurs étaient là.

Elle gémit :
-Ils ne vont jamais me pardonner un truc pareil… Le Clan va me massacrer…
-Ne t’inquiète pas pour ça, je m’occupe de lui, sourit Halfaz en empoignant sa hache d’un air ravi.
-Ho nééééé…» gémit-elle en se prenant le masque entre les mains.

Elle se releva, titubante, suivant les Maraudeurs qui retournaient vers la ville. Elle-même ne savait plus bien où elle en était. Les Zoraïs l’attaquaient, les Maraudeurs l’aidaient… Le monde se marchait sur la tête. Devait-elle aider ceux qui étaient de son côté pour l’instant ? Mais, non, si elle avait commencé à discuter avec les Maraudeurs, c’est parce qu’elle essayait de les faire partir par les mots, parce qu’à ce moment-là il n’y avait pas de défenseurs à Zora… C’était une erreur, tout ça était une erreur…

Elle resta à distance prudente, regardant les combats reprendre, les Maraudeurs ayant cette fois un ennemi valable en face d’eux. Devait-elle aider les deux kamistes, alors qu’ils ne voulaient que sa mort, à l’heure actuelle ? Les Maraudeurs, qui l’avaient visiblement adoptée pour la soirée ? Elle tenta de lancer ses soins sur le kamiste le plus proche qui commençait à succomber.

Clic…clic…

Le sort ne venait pas. Paniquée, elle regarda ses amplificateurs. Né, le problème ne venait pas de là. La magie de soin ne voulait pas se diriger vers lui. Les yeux de Laofa s’agrandirent d’horreur :

«C’est un kamiste, un vrai… et la magie elle vient des kamis… et je les ais trahis en soignant les Maraudeurs… Nélaï… Nu zo’nélaï-ko…»

Le kamiste ne jurait pas contre les maraudeurs durant son combat. Il invectivait Laofa, qu’il devait avoir vu revenir.

Elle vit alors que Vrana était arrivée aussi, regardant le combat à ses côtés.
-Vrana… tu as le droit de m’en vouloir…

Sa Sok’ko secoua le masque.
-On en reparlera plus tard. Je suis sûre que tu ne pensais pas à mal. Ceux du Clan jugent trop vite.

L’Eveillée rejoignit le combat, tentant de soigner les Zoraïs. Le masque de Laofa afficha une terreur pure en voyant certains des maraudeurs se retourner vers Vrana, un sourire carnassier sur le visage.

-Né ! Ne faites pas de mal à Vrana ! Pas Vrana !

Elle tenta de la soigner, mais de nouveau, la magie se dérobait. Laofa se sentait vraiment très très mal. Elle vit la Zoraïe qu’elle chérissait plus que tout tomber elle aussi sous les coups.

-Né ! Marche, espèce de vieil ampli pourri !

Elle sentait la douleur de sa vieille blessure commencer à submerger ses sens, luttait pour garder le contrôle. Ce n’était pas le moment d’attaquer tout ce qui bougeait. Elle se concentrait aussi fort que possible pour arriver à faire marcher la magie de soin, mais impossible. Elle ne pouvait qu’assister, impuissante, à la lente agonie de celle à qui elle devait tant.
-Kamiste, elle est kamiste aussi… Ma’duk, je t’en supplie, laisse moi soigner celle qui honore tes enseignements…

Alors que Vrana allait pousser son dernier soupir, le sort partit soudainement et ranima son amie. Laofa poussa un cri de triomphe et bombarda Vrana de soins, aussi vite qu’elle pouvait. Elle voyait du coin de l’œil les maraudeurs se faire repousser… Le kamiste du Clan arriva finalement à sa portée et lui décocha un coup qui lui fit manquer son incantation.

-Je soigne Vrana ! Pas un maraudeur !
-Tu n’existes plus, Laofa…

Avec l’énergie du désespoir, Laofa réussit à envoyer un dernier sort avant que le coup suivant ne la mette à terre.
Laofa gémit, rassemblant sa vie qui fuyait pour se défendre :
-C’est une gardienne de la Théocratie ! Elle n’a rien fait de mal, elle a même combattu à vos côtés ! Soigne-la au lieu de me frapper…
-Laofa, tu n’es plus crédible pour un dapper. Assume, répliqua le Zoraï.
-Arrête de rouspéter, toi, se moqua Arninva. Impossible de savoir si c'était au kamiste ou à Laofa qu'elle s'adressait.

Laofa sentait l’inconscience la gagner. Elle avait vu Vrana arriver à se relever un court instant grâce à ses soins, puis retomber aussi sec, sans même voir qui l’avait attaquée.
Sentant peu à peu la vie s’enfuir, elle continua à mobiliser sa volonté :
-Vrana… relevez-la…
Une larme coula le long de son masque avant que la Karavan ne rappelle sa Graine de vie, encore une fois. Vrana, de son côté, avait reçu le soutien des Kamis.

Elle tenta de se relever, de s’éloigner de la machine volante karavan qui la surplombait et ne lui inspirait qu’une confiance limitée. Les Maraudeurs, eux, continuaient leurs allez-retours entre résurrections et combats. Halfaz assista à son réveil et lui lança encore un soin, puis il déclara :
-Tu peux compter sur nous. Pas comme sur tes amis zoraïs il faut croire.

Et il repartit vers la zone de combat. Laofa resta assise dans l’herbe, ne sachant que penser de tout ça. Car il y avait une sorte de vérité dans ce que le Maraudeur lui avait dit. Elle détestait se retrouver dans ces doutes…

Elle fit un large détour pour regagner son immeuble sans passer vers les combats, et éprouva un soulagement immense en découvrant que Vrana était rentrée chez elle aussi. Elles finirent la soirée assez moroses toutes les deux, à tester les fonds de placards de Vrana… et malgré l’assurance de l’Eveillée que tout se passerait bien, lorsque Laofa finit par rentrer chez elle, elle prépara ses affaires au cas où un exil deviendrait nécessaire.

Elle caressa le gupakni qui la regardait d’un air surpris.
-Pauvre Gubî… je me demande bien ce qu’on va devenir… Je crois que ce que j’ai fait ce soir fait partie de mes plus belles boulettes…

univers/ryzom/laofa/023.txt · Dernière modification: 03/10/2017 13:57 (modification externe)