Outils du site

univers:ryzom:laofa:025

Trancher dans la peur

La raison pour laquelle il ne faut pas poser de questions.

Laofa s’écroule au pied du téléporteur en poussant un hurlement, douleur et angoisse mêlées. Elle entend le kami pousser un petit bruit de trompette, mais elle ne se sent pas encore la force de se redresser pour le saluer. Haletante sur le sol, elle essaie de rassembler ses esprits, de se débarrasser des derniers restes du sortilège. La douleur, elle, ne disparaît pas, lancinante, abrutissante.

-Anyum, kwai1), chantonne le kami.
-Ni’anyumé, yui ; Qi-boo akaba2), finit par articuler Laofa.

Elle arrive enfin à s’asseoir, regardant où elle a atterri. Elle a brisé la première perle qu’elle est arrivée à saisir. Le Bosquet de l’Ombre. Comme un refrain, toujours, retour au Bosquet de l’Ombre. Au moins, cette partie là de la région est assez calme. Laofa jette un œil au ciel, estimant l’heure à la position des lunes. Combien de temps est-elle restée sous l’emprise de ces sorts ? Sans doute quelques heures, yui… Quel idée d’aller là-bas toute seule aussi !

Le kami trompette et claquète, elle voit bien que sa présence le dérange. Elle attend qu’une patrouille de kipestas passe, puis entreprend de gravir la colline. Cela lui semble interminable. Alors que d’habitude elle grimpe en courant et arrive en haut en quelques instants, aujourd’hui elle lutte contre les tremblements qui la font tomber, et surtout contre la douleur qui l’a envahie toute entière. Elle s’aide de ses mains pour se hisser plus haut, inquiète à l’idée de se faire surprendre sur la pente par les kipestas ou les kipuckas qui hantent la zone. Elle finit par s’affaisser de nouveau au pied de l’Écorce soulevée qui domine le paysage. Elle sent à peine le froid de la neige sous ses mains. Cela lui semble irréel, lointain.

-Une illusion, chuchote-elle avant de partir d’un rire hystérique qui s’achève en sanglot. Encore un peu… Il y a des Najaabs ici qui viennent. Ce serait bête de survivre aux Maraudeurs pour se faire boulotter par des lézards géants.

Elle se relève, s’appuyant sur la paroi, avance doucement. Elle passe derrière la tour de guet, attentive à ne pas alerter les Gardes Dynastiques qui patrouillent ici, et monte tout en haut de la colline. Ici, il n’y a pas de carnivores qui montent. Au loin les champs de goo font une sombre masse violette sous la lumière des lunes ; ailleurs la neige renvoie son éclat.

Avec un pincement au cœur, elle se souvient de la dernière fois où elle venue, accompagnée de l’homin qu’elle aime. Son absence lui empoigne l’âme.

-Où es-tu, où es-tu ? C’est un soir comme ça que j’aurais besoin de t’avoir à mes côtés. Que tu me prennes dans tes bras, que tu m’apaises… Né, si tu étais là, tu ne ferais pas ça. Tu te moquerais de moi, tu me dirais que tu m’avais prévenue… Que je suis folle de fréquenter ces sauvages en croyant que quelque chose de bon peut en sortir… Tu me manques, tu me manques tellement…

Elle n’a même pas besoin de déplier le petit papier qu’elle garde près de son cœur pour se rappeler les mots qu’elle a déjà lu cent fois, sans arriver à leur donner vraiment de sens.

Désolé de ne pas avoir pu te donner de nouvelles plus tôt. Ne m’attends pas, je ne rentrerai pas avant de longs cycles. J.

Lapidaire, comme à son habitude. Elle aurait aimé qu’il développe, qu’il lui dise au moins qu’il l’aimait encore… Est-ce sa manière de rompre, ou encore un autre de ses sacrifices qu’elle ne demande pas ? Elle n’a pas besoin de ça… Elle veut juste une petite bulle de sécurité et de confiance dans ce monde de brutes…

-Ils t’ont tous abandonnée…
-Yui. Je savais qu’ils le feraient. Je n’ai jamais demandé de promesses et de serments.
-Des mots creux. Aucune persévérance. Ils ont fui.
-L’autre alternative aurait été pire. S’ils avaient été avec eux, ce soir…

Elle frissonne, repensant au Fyros Maraudeur qui l’a emprisonnée sous ses sorts, impassible, l’observant comme une bête curieuse, sans se lasser, durant des heures. La Fyrette avait essayé de le raisonner un petit peu mais avait vite abandonné, soupirant d’un air las.

C’était une chose d’affronter la douleur des sorts offensifs et de leurs armes : cela ne durait jamais bien longtemps, elle tombait trop vite pour les amuser. Et elle avait réussi à en convaincre quelques uns qu’elle pouvait leur être «utile», ce qui lui évitait de payer une trop grosse dette aux Puissances. Ils finissaient par la relever et doucement, la discussion pouvait commencer.

Mais profiter de leur absence pour rentrer dans leur camp, ça avait été une bêtise. Elle était passée «pour voir» et elle avait vu… plus un seul garde. Une occasion en ambre, avait-elle pensé sur le moment. Elle était rentrée sur la pointe des pieds, attentive… mais oui, le camp était désert. Elle avait sorti son luciogramme, pris quelques images qui seraient sans doute trop mauvaises, une fois développées, pour illustrer son reportage. Puis elle les avait entendus revenir et s’était glissée, inquiète, dans l’ombre d’une tente. Elle aurait sans doute pu repartir comme elle était venue si elle avait su mettre une muselière à sa curiosité. Elle avait bien vu, pourtant, que les Maraudeurs qui étaient revenus n’étaient pas les plus modérés. Mais elle ne pouvait pas se contenter du seul discours des recruteurs de leur bande. Ceux-là aussi, les guerriers purs et durs qui ne vivaient que pour la bataille… elle devait en parler dans son reportage.

Elle s’était repassée les paroles de Verica comme un mantra :
-Ne leur montre pas ta peur. C’est leur donner de la puissance. Lorsque tu es devant eux, sois fière et forte. Pas la peine de leur donner ce qu’ils veulent. Si tu leur montres que tu les crains, tu leur donnes la victoire.

Plus facile à dire qu’à faire mais, yui, elle contrôlait mieux sa peur qu’avant. Elle connaissait ses forces à présent, né ? Elle s’était avancée à découvert vers le groupe de Maraudeurs.

-Né, chuchota Laofa. Je croyais que j‘avais affronté le pire et survécu, mais…
Elle se touche le masque, comme pour vérifier son intégrité.
-Il y a bien des façons de souffrir… et je n’ai pas assez d’imagination pour me préparer à toutes.

La présence de la Fyrette Maraudeuse l'avait rassurée. D’après Verica, elle avait de bons jours :
-Elle me tuera certainement sans préavis si elle me croise dans les Primes, lui avait dit son amie, mais enfin, on a bien discuté de méthodes de forage toutes les deux à Dyron. Elle est plutôt sympa, pour une Maraudeuse.

Donc Laofa s’était rapprochée, avait annoncé ses intentions. Elle sentait les maraudeurs présent dans l’attente. Elle savait déjà qu’un mot de travers lui vaudrait un lynchage en règle… mais elle n’avait plus aussi peur des lynchages.

Le mot de travers n’avait pas attendu. La Fyrette lui avait présenté la bande, terminant sur le Fyros mutique au regard sombre et lui donnant le titre «d’invincible».

-Invincible ? Je l’ai pourtant vu tomber, tout à l’heure! s’exclama Laofa avant de comprendre que l’ambiance n’était vraiment pas assez détendue pour dire des choses pareilles.

Le Fyros avait alors commencé à enchaîner les sorts débilitants sur elle. Étourdie, confuse, elle comprenait que ce n’était que des sorts, mais n’arrivait pas à lutter contre la puissance qui la terrassait.

Puis il était passé aux sorts de peur.

Laofa avait réussi à rester relativement calme jusque là, évitant de réagir à la provocation, sachant qu’elle n’avait pas la moindre chance et que le meilleur moyen pour elle de s’en tirer consistait à être patiente. Mais le sort de peur balayait ses protections avec la force d’une lame de fond, réduisant à néant l’effet des drogues dont elle se gavait, mettant en pièce les défenses qu’elle avait construites pour se protéger.

Un très court instant, elle faillit fuir comme un yubo, essayer de courir vers la sortie du camp. Cela aurait signifié sa mort immédiate, bien sûr, et l’argument la traversa en une fraction de seconde. Mais la peur avait encore resserré son étreinte sur son cœur et brisé la force de ses jambes. Laofa s’était mise à trembler, claquer des dents, sangloter, implorer pitié, pardon, sans aucune honte, suppliant simplement qu’on la libère. Le Fyros se contentait de la dévisager, toujours sans dire un mot, appliquant son sort avec une concentration et un pouvoir terrible. Elle sentait aussi la sève dans ses veines bouillonner, sans trouver de possibilité d'exprimer de colère, coincée par la peur en partie artificielle qui lui était imposée. La colère s'était transformée en douleur de plus en plus aiguë.

-Il faut partir maintenant, c’est dangereux ici, souffla la Fyrette. Tu reprendras rendez-vous, pour ton reportage.

Partir, yui… Si seulement elle savait comment faire ! Elle repensa alors à ses pactes, les paroles de la Maraudeuse déchirant le voile de confusion qui embrumait son esprit. Cela faisait partie des choses qu’elle avait préparées… des pactes cachés à divers endroits accessibles rapidement. Elle mobilisa toute sa force pour arriver à contrôler sa main, la rapprochant de son armure… Glissant le bout des doigts sur la perle cachée dans le creux du bois… Elle essayait de ne penser à rien d’autre, tandis que le sortilège réveillait tous les vieux démons qu’elle s’était appliqué à enfermer au fond de son âme depuis plusieurs cycles. La perle de téléportation était là… La force pour la briser à présent… Appuyer de toutes ses forces, elle finira par se briser…

Elle avait sentit la perle céder. Le sort perturbait la téléportation et un instant, elle crut qu’elle ne partirait pas. Puis elle se retrouva aux pieds du Kami du Bosquet de l’Ombre.

A présent, assise en haut de la colline, elle se laissait aller à sa souffrance, abandonnant le combat pour le contrôle de ses émotions.

-Verica aussi t’a abandonnée… L’Écorce l’a avalée. Plus de frondeuse Fyros pour te donner du courage.
-Tais-toi… Tais-toi…
-Même Cyvos. Un Ranger de cœur qui a préféré rejoindre le Néant. Comme les autres.
-Tais-toi… Je ne veux pas t’entendre…
-Kaewa, elle… cela fait bien longtemps qu’elle t’a trahie. Mais elle est encore là, ouiiii… Une amie à qui tu ne peux plus faire confiance. Tu sais qui elle écoute… à qui elle obéit…
-Arrête !
-La liste est encore longue…

Laofa gémit, terrassée par la litanie de noms de ceux qu’elle ne croisait plus sur l’Écorce.


-Même celui qui disait t’aimer, qui disait combattre à tes côtés… Il a fui dans le creux de l’Écorce. Ou il t’a fuie, toi et ta pitoyable faiblesse.
-Non ! Ce n’est pas ça ! Tu n’a pas le droit de me faire douter de lui !
-Et le Zoraï ? Le beau Zoraï, à qui tu pouvais enfin tout raconter, les hérésies, les expériences…
-C’est de ma faute… je ne voulais pas qu’il rejoigne les Maraudeurs… Et l’Écorce l’a avalé comme les autres.
-Ouiii, de ta faute… et de la leur aussi.

Laofa prit ses cornes entre ses mains, les serrant avec force jusqu’à commencer à avoir mal, se repliant sur elle-même en se balançant. Puis elle laboura le sol de coup de poings.

-Je te hais, je te hais ! Pourquoi me voler mes amis ! Je te détruirai, je détruirai Atys entière !

Elle crut entendre un rire sardonique. Alors elle se releva et hurla aux champs violets qui s’étendaient sous elle :

-Toi aussi, je te détruirai ! Même si je dois tout faire flamber pour ça ! Je te détruirai, tu m’entends ! J’irai réveiller le Dragon au besoin, mais je te détruirai !

Elle l’entendait se moquer. Elle se reprit le masque entre les mains.

-Des illusions… Des hallucinations… Rien de tout ça n’est vrai. Il faut que je reprenne le contrôle. Le contrôle, yui…

Elle défit ses manches, ignorant le froid de l’hiver qui lui mordait la peau. Puis enleva le bandage sur le bras droit. Même à la lueur de la dernière lune, elle pouvait voir que la tache était plus grande à présent.

-Ce n’est… que la partie visible. Le pire est dedans. Tu m’as peut-être assez rongé pour que ma mort soit proche… ou la vraie démence.
-Tu es faible, et tu refuse la force que je peux t’offrir. Accepte ce cadeau… comprend le don qui t’es fait, la chance que tu as.

Laofa saisit sa dague.
-Il est temps de tester une autre théorie.
-Tu n’as pas la force, même pour ça. Tu ne sais que subir. Je te donne la force d’agir.
-Né. Je ne veux pas de ça. Je vais te faire taire, tu vas voir.

Elle approcha la lame de sa dague de son bras sain. Puis resta, comme d’habitude, un long moment sans bouger.

-Comme toujours. Faible. Tu ne sauveras personne en étant aussi faible. Laisse-moi t’aider.

Laofa se concentra pour faire le vide dans son esprit, repousser la colère. Mais la voix refusait de se taire, mélange de moqueries et de séduction. La Zoraïe raffermit sa prise sur la dague et s’entailla le bras. La douleur, brute et simple, la traversa comme un feu ardent. Elle serra les dents.

-Ce n’est rien… rien, par rapport au reste que j’ai vécu. Une souffrance presque douce…

Seul le silence lui répondit.

Étonnée, elle releva la tête, s’attendant à voir un changement.

La nuit était toujours aussi calme, elle était toujours seule sur sa butte.

Seule, yui… vraiment seule. Sa nouvelle blessure la lançait, mais c’était la seule douleur qu’elle sentait à présent. Celle qui lui avait vrillée les nerfs toute la nuit avait enfin disparu. Laofa resta figée, sans y croire. Rien. Plus rien. Le bruit de la neige qui fondait doucement sous la chaleur de son sang et de sa sève qui gouttaient.

Elle sortit des bandages de son sac, commençant par la blessure qu’elle venait de se faire, puis s’occupant de celle qui ne guérirait jamais. Elle se sentait soudain calme… Un calme réel, non plus provoqué par les drogues et l’alcool. La fatigue de la journée la rattrapa alors, tout juste eut-elle le temps de sortir une couverture avant de s’effondrer pour un sommeil sans rêve. Sans une seule ombre pourpre.

1)
“Calme, zorai”
2)
“Un peu calmée, oui ; la magie qui fait peur n’est plus là”
univers/ryzom/laofa/025.txt · Dernière modification: 03/10/2017 13:57 (modification externe)